LaBourseEtLaVieVignetteLA BOURSE ET LA VIE (1965)

Durée: 1h 27

Scénario: Jean-Pierre Mocky, Fernand Marzeille.

Avec: Fernandel, Jean Poiret, Heinz Rühmann, Jean Carmet, Darry Cowl, Michel Galabru.

Résumé: Pelepan se voit dans l'obligation d'"emprunter" une somme importante à Bertin dont il est l'un des plus sérieux collaborateurs. Avec le marseillais Migue et l'alsacien Schmidt, deux collègues de bureau, Pelepan décide d'apporter cet argent à Paris où ils doivent le remettre aux frères Robinhoude. Mais le hasard malicieux voudra qu'à partir de Limoges, les uns et les autres se trompent de train, créant ainsi de nombreuses situations autant cocasses que dramatiques. Après de nombreux chassé-croisés ferroviaires, le trio se retrouvera à Paris mais pas encore au bout de ses peines.

Critiques:

-"On aurait pu intituler cela La Folle Vadrouille. De Toulouse à Montauban, de Montauban à Limoges, et de Limoges à Paris, en passant par Vannes, les personnages se croisent, se trouvent, s’égarent. Si Fernandel et son homologue allemand Heinz Ruhmann semblent un peu perdus, c’est parce qu’ils ne sont pas au courant des filouteries de Jean Poiret, parfaitement à l’aise dans l’humour noir voulu par Mocky. La fin du film est parfaitement immorale." Jacques Siclier (Télérama).

-"Sous la forme d'un course poursuite effrénée et truffée de gags, un bon Mocky qui permet à Fernandel et Poiret de nous livrer de sacrés compositions dont ils avaient le secret."Philippe Ross (Télé7 Jours).

Box Office: 625 313 entrées

On aurait pu intituler cela La Folle Vadrouille. De Toulouse à Montauban, de Montauban à Limoges, et de Limoges à Paris, en passant par Vannes, les personnages se croisent, se trouvent, s’égarent. Si Fernandel et son homologue allemand Heinz Ruhmann semblent un peu perdus, c’est parce qu’ils ne sont pas au courant des filouteries de Jean Poiret, parfaitement à l’aise dans l’humour noir voulu par Mocky. La fin du film est parfaitement immorale.